jeudi 5 mars 2009

Et enfin la derniére exigence envers les enseignants d'aujourd'hui :


Enseigner le respect et le sens des responsabilités

Pour M. Neil Caplan, directeur du département des Humanities au collège Vanier de Montréal, être un bon prof signifie aussi la capacité d’inculquer le sens des responsabilités : « Une des choses les plus importantes, dans n’importe quel cours, c’est de transmettre aux élèves une sensibilité aux autres et des valeurs d’ouverture et de communication entre les individus. C’est non seulement une question de respect, mais aussi de responsabilité car beaucoup de gens ne voient pas le lien entre ce qu’ils font ou ne font pas et les conséquences de leurs actes. »


« Le contenu, la matière du cours est souvent secondaire à ce but pédagogique, ajoute M. Caplan. Probablement, les faits, les petits détails, appris pendant la durée de la session seront oubliés après la remise du dernier travail ou après l’examen final. Mais les bonnes habitudes d’apprentissage et de travail (y compris l’essentiel time-management) pourront durer toute une vie – surtout si elles sont renforcées par d’autres professeurs. »


Il y a plusieurs façons de conscientiser les étudiants à ces réalités, par le choix des ouvrages qu’on leur présente et par les travaux qu’on exige d’eux. Pour M. Bergeron, les travaux permettent aussi aux élèves, mis à part le fait de leur faire approfondir la matière enseignée, de « développer un esprit d’analyse et un sens critique, ce qui est fondamental. »


Le processus d’apprentissage quels que soient les résultats scolaires joue un rôle moteur en soi, selon M. Chouinard. « Il est important de faire saisir aux élèves qu’à l’école, tout le monde est gagnant et qu’il n’y a pas de perdants car tout le monde apprend. Tout le monde a ses forces, et c’est ce qui fait que le monde est aussi diversifié aujourd’hui. »



Sources : tolérance.ca

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire